Le laboratoire ITODYS, Interface Traitements Organisation et Dynamique des Systèmes a mis en oeuvre une solution hydroalcoolique auto-produite dans les locaux de l'université.
En sortie de confinement, c'est l'occasion de rappeler l'implication et la forte réactivité des équipes techniques et administratives dans la lutte contre le Covid 19.
Au sein de l'UFR chimie de Université de Paris, Sébastien Bellynck nous accueille et nous montre la méthode de fabrication recommandée par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Retrouver la vidéo ici

Avec pour effet de diminuer le temps de diffusion à l’état solide, la réduction de la taille des matériaux diélectriques jusqu’à l’échelle nanométrique permet de les envisager dans des cellules électrochimiques de stockage et de conversion d’énergie. Cependant, il n’y a actuellement que peu de stratégies capables d’étudier leurs dynamiques de conversion, operando et à l’échelle nanométrique. Cela a été réalisé dans le laboratoire par microscopie optique pour des nanocristaux ioniques et diélectriques modèles, des nanoparticules d’halogénure d’argent. L’illustration représente la dynamique de transformation d’un nanocristal ionique qui s’opère en plusieurs étapes associées à des déplacements intermittents vers de nouveaux sites réactionnels causés par le relargage local d’ions halogénure.

Cover of the Chemistry of Materials Journal

The epitaxial growth of silver on gold nanorod seeds in dimethyl sulfoxide (DMSO) was developed, allowing tuning of the structure of core−shell particles Au@Ag from truncated cuboids to octahedra. This work investigated the key role played by DMSO and its fate after silver growth. DMSO is not only the cosolvent but also coordinated to the gold surface and is finally reduced into dimethyl sulfide (DMS). The cover artwork depicts the formation of silver shell on gold nanorod seeds in water−DMSO mixture which is accompanied by the reduction of DMSO into DMS. As the nanorods go deeper into the growth solution, the concentration of silver precursor increases, thus favoring the octahedral shape.

Sujets de thèse offerts*au laboratoire à la rentrée 2020.

* Ces sujets sont proposés sous réserve de leurs financements.

L’Université de Paris a la grande tristesse d’annoncer le décès du Professeur François Bozon-Verduraz qui s’est éteint samedi 4 avril 2020 à l’âge de 81 ans. Diplômé de l’Ecole Supérieure de Chimie Industrielle de Lyon en 1960, il avait obtenu sa thèse d’état en 1966 à l’Institut de Recherches sur la Catalyse de Lyon sous la direction de Marcel Prêtre et de Stanislas Jean Teichner. A l’issue de sa thèse, il effectua son service militaire à l’hôpital d’instruction des armées Desgenettes à Lyon avant d’intégrer le laboratoire de cinétique chimique de la Faculté des Sciences de Paris en tant que Maître Assistant. En 1970, il a fait le choix de rejoindre l’Université Paris 7 nouvellement créée. Promu professeur, il y a assuré pendant plusieurs années différentes responsabilités, comme la fonction de vice-président responsable aux locaux, mission importante et difficile à l’époque, et a longtemps présidé la commission de spécialistes en 31ème section.